Isolation thermique dans le secteur tertiaire

Publié le 20 avril 2020

isolation thermique dans le secteur tertiaire

L’isolation thermique est un enjeu majeur pour la rénovation des bâtiments du secteur tertiaire.

Le chauffage y représente en moyenne 49% des consommations énergétiques. Or, un bâtiment mal isolé entraîne d’importantes déperditions de chaleur.

 

RÉDUIRE SES CONSOMMATIONS D’ÉNERGIE : UN IMPÉRATIF POUR LE SECTEUR TERTIAIRE

Eco énergie tertiaire est une obligation réglementaire. Elle impose à l’ensemble des acteurs du secteur tertiaire de réduire leur consommation d’énergie.

Pour atteindre cet objectif, le dispositif propose plusieurs leviers d’actions :

  • l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments (isolation, menuiserie, protection solaire…)
  • l’installation d’équipements performants (chauffage, éclairage, eau chaude, refroidissement…)
  • l’optimisation de l’exploitation des équipements
  • l’adaptation des locaux à un usage plus économe en énergie
  • l’incitation des usagers à adopter un comportement écoresponsable

Ce dispositif s’applique aux propriétaires ou exploitants de bâtiments à usage tertiaire (aussi bien privés que publics) dont la surface de plancher est supérieure à 1 000 m2. Cette surface peut comprendre un ou plusieurs bâtiments ayant la même unité foncière.

 

L’ISOLATION THERMIQUE AU SERVICE DE LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

Avec le remplacement des menuiseries et l’ajout de protections solaires, l’isolation thermique joue un rôle primordial dans l’amélioration de la performance énergétique d’un bâtiment.

Elle permet de résoudre des problèmes hygrothermiques fréquents (humidité, paroi froide, filets d’air…) sur l’enveloppe des bâtiments du parc tertiaire existant.

Autre avantage, l’isolation thermique permet de réduire significativement les factures énergétiques.

Elle permet enfin de maintenir la valeur immobilière des bâtiments.

Par ailleurs, il est important de rappeler que la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) et plus particulièrement son décret d’application n°2016-711 du 30 mai 2016 instaure l’obligation de mise en œuvre d’une isolation thermique à l’occasion de travaux importants (réfection de toiture, ravalement de façade).

Ainsi ajouter des travaux d’amélioration énergétique à un projet de travaux existant permet de mutualiser les coûts et les gênes (gestion du dossier administratif, installations de chantier, gestion des déchets…).

Cette mesure, en vigueur depuis le 1er juillet 2017, concerne les bâtiments tertiaires de bureaux et d’enseignement, les hôtels et les bâtiments commerciaux.

 

L’ISOLATION THERMIQUE DANS LE SECTEUR TERTIAIRE : ITE OU ITI ?

En fonction du type de bâtiment à isoler ou de son usage, il est nécessaire d’avoir recours à une isolation thermique soit par l’extérieur (ITE) soit par l’intérieur (ITI).

Si le bâtiment est occupé, une isolation par l’extérieur est une solution plus adaptée parce qu’elle réduira les nuisances de chantier pour les occupants.

En revanche, si le bâtiment est classé ou présente des contraintes architecturales particulières, l’isolation thermique des parois verticales par l’intérieur sera bien souvent la seule option.

Le remplacement des menuiseries et une attention particulière portée aux liaisons menuiseries-maçonnerie complètent le dispositif pour améliorer l’étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâtiment.

 

FINANCER UN PROJET D’ISOLATION THERMIQUE AVEC LE DISPOSITIF CEE

Certains travaux d’isolation peuvent être éligibles au dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) car ils correspondent à des fiches d’opérations standardisées :

  • BAT-EN-101 : isolation de combles ou de toitures
  • BAT-EN-102 : isolation de murs
  • BAT-EN-103 : isolation d’un plancher
  • BAT-EN-104 : fenêtre ou porte-fenêtre complète avec vitrage isolant
  • BAT-EN-107 : isolation des toitures terrasses

Pour rappel, les entreprises du secteur tertiaire n’ont pas la possibilité de valoriser les CEE en leur nom propre. Elles ne sont pas considérées comme « éligibles ».

Elles doivent ainsi, avant le début des travaux, signer un partenariat avec :

  • un ou plusieurs obligés, c’est-à-dire des vendeurs d’énergie, astreints à une obligation d’économies d’énergie
  • des collectivités publiques
  • l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat)
  • une entreprise spécialisée dans la valorisation des CEE, par exemple Calisea France.

 

A propos de Calisea France

Calisea France accompagne et conseille les entreprises du secteur tertiaire dans la valorisation de leurs Certificats d’Economies d’Energie.

Forte d’une double compétence technique et financière, la société Calisea France aide à trouver les meilleures solutions d’économies d’énergie. En parallèle, elle veille au financement de l’ensemble de vos travaux de rénovation énergétique. Découvrez nos solutions d’économies d’énergie.

 

 

Sur le même thème